lundi 29 juin 2009

Article dans Le JIR, quotidien d'information à La Réunion.


Article paru aujourd'hui, le 29 juin 2009.
Avec tous mes remerciements à Séverine Dargent, journaliste à l'origine de ce texte dans la rubrique économique.

Texte également en ligne sur clicanoo (le portail du quotidien) : http://www.clicanoo.com/index.php?page=article&id_article=214136


LE TEXTE DE L'ARTICLE DU JIR : 

ECONOMIE

Pascal Kryl, à la tête d’une agence de com’ sur l’île rouge

CLICANOO.COM | Publié le 29 juin 2009

À 45 ans, Pascal Kryl a été chargé par JWT, numéro un de la communication aux États-Unis, de monter une première agence à Madagascar. Mission accomplie pour cet aventurier de la pub qui, fort de son expérience sur la Grande Île, porte aujourd’hui un regard sans concession sur la réalité économique et sociale réunionnaise.

Diminuer la taille des caractèresAugmenter la taille des caractèresImprimerEnvoyer l'article à un amiVos réactions

Après un début vain d’études d’architecture, Pascal Kryl décide de partir tenter sa chance à Paris, puis à Toulouse. Il s’oriente vers la publicité et doit, pour faire ses premiers pas un stage en PAO et un autre en agence de communication. Mais ce n’est pas suffisant pour prétendre à quelconque poste en agence de pub. "Le secteur est extrêmement bouché en France à cette époque." Il loue alors un ordinateur, apprend seul la saisie dactylographique et tape des mémoires pour les étudiants des universités toulousaines. "8 francs la page, je m’en souviens encore !" Il travaille aussi pour une association culturelle et s’occupe du programme de communication du premier festival de cinéma de Toulouse. En outre, il fait ses premières armes en tant que graphiste indépendant. Un congé maternité lui permettra enfin de mettre réellement le pied à l’étrier. Il remplace une secrétaire en charge de la mise en page du magazine mensuel de l’"Union patronale Toulouse Midi Pyrénées". Le contrat terminé, il est embauché par le photograveur du magazine, avec qui il travaille pour de nombreux studios, agences ou quotidiens comme "La Dépêche". Repéré par l’un des imprimeurs, il le rejoint l’année où celui-ci devient Quatra d’Or, c’est-à-dire meilleure imprimerie d’Europe. DE TOULOUSE À TANA En 1998, le directeur artistique de l’imprimerie l’informe d’un poste de directeur artistique disponible à Madagascar. Un mois plus tard, Pascal Kryl débarque à l’aéroport d’Ivato à Tananarive. Une agence de production vidéo locale vient d’obtenir un budget de publicité important d’un opérateur de téléphonie, Antaris devenu Orange. Puis il participe à la mutation de la société en agence de communication. De 1998 à 2002, il travaille sur la quasi totalité des gros budgets de communication de Madagascar : Total, Shell, Orange, Société Générale, Crédit Lyonnais, Novartis, OMS, Canal Satellite, Unima, Wanadoo… Grâce à la politique de privatisation, de nombreuses marques internationales s’implantent sur l’île Rouge. "Nous avons même géré une partie de la campagne électorale de Marc Ravalomanana pour la mairie de la capitale." Quatre ans plus tard, Pacal Kryl décide de quitter l’agence afin d’éviter de "s’endormir". Il travaillera pendant six ans à son compte à la Réunion pour des sociétés comme la Distillerie de Savanna, GTOI, City Sport, Corem, ou encore la NID. Puis il est contacté par JWT, la plus importante agence de communication des États-Unis, à travers sa filiale Afrique du Sud, afin de monter une agence Madagascar. Un travail qu’il a débuté en juin 2008. "Mon parcours et mon expérience réunionnaise ont été déterminants puisque JWT souhaitait recruter quelqu’un qui puisse développer l’enseigne dans la zone Océan Indien."

Quels sont vos projets ?

Je souhaite avant tout développer et pérenniser l’agence de communication globale JWT Madagascar, puis en assurer le développement sur l’Océan Indien. Je prépare également d’autres projets professionnels comme la création de Azioolook, une agence photographique, et d’azioo.com, un portail océan Indien.

Envisagez-vous de revenir vivre sur l’île ?

Même si les billets d’avion sont extrêmement chers pour d’aussi faibles distances, je pense que les îles de la zone doivent réfléchir à un développement commun, plus porteur que l’espoir constant de subventions de l’Europe. Donc, oui, je reviendrai à la Réunion mais surtout, je souhaite participer à une vision plus régionale de l’habitat et du travail. Peut-être, un jour, les gens travailleront à Saint- Denis puis iront-ils faire leurs courses à Cure-pipe avant de partir en week-end à Nosy Be… On peut toujours rêver.

Quel regard portez-vous dorénavant sur la Réunion ?

Vue d’ici, La Réunion paraît une île de privilégiés qui, quand ils ont un problème, crient au gouvernement français ou à l’Europe. Et l’on a beau ton de parler de région ultra-périphérique. Il faut être cohérent et prendre conscience que La Réunion n’a pas grand-chose à voir avec l’Europe. Ne serait-il pas plus simple de respecter une vraie culture réunionnaise fortement impliquée dans notre zone de l’Océan Indien, plutôt que de s’obstiner à vouloir faire une décalcomanie d’une France tropicalisée ? C’est tout le problème de la mondialisation. Doit-on absolument obliger un Inuit à réfléchir sur un modèle supposé idéal qu’est la démocratie capitaliste occidentale ? Un Esquimau ne devrait-il pas préserver sa différence et ses particularités, tout en profitant des progrès techniques ? Qu’est-ce qui sera le plus profitable pour nos enfants : un monde uniforme ou une société enrichie des différences de tous ?

Qu’appréciez-vous dans votre environnement actuel qui ne vous serait pas accessible à la Réunion ?

En période de crise politique profonde à Madagascar, on aurait tendance à idéaliser un système à la française, plus sûr et plus protecteur du citoyen, comme à La Réunion. Mais à Madagascar, on a la sensation incomparable de participer à l’évolution d’un pays, y compris à l’échelle individuelle. En France, les individus sont noyés dans une énorme masse de production nationale, avec des préoccupations "de riches" . Ici, c’est la vie et la survie d’abord.

Interview : Séverine Dargent

Plus sur Internet

Le site officiel de l’agence JWT Madagascar est consultable à l’adresse Internet www.jwtmadagascar.com Pascal Kryl tient également plusieurs blogs aux adresses www.jwtmadagascar.blogspot.com, www.pascalkryl.blogspot.com et www.actumadagascar.blogspot.com.


Aucun commentaire: